Le Blog de la logistique durable

Home»Conception»Logistique et développement durable : une réalité ?

Logistique et développement durable : une réalité ?

source Afnor

Le Club Demeter associé à CPV viennent de livrer leur baromètre 2012 Environnement et Logistique. L’étude passe en revue l’engagement des membres du club dans le développement durable. Le panel est constitué majoritairement de prestataires et d’industriels, et dans une moindre mesure de distributeurs.

Des motivations et des actes

Pour le panel, les premières motivations d’engagement dans une démarche de développement durable sont la prise de conscience d’un devoir d’action (79%) et d’apporter une meilleure réponse aux clients (57%). Viennent ensuite les enjeux d’optimisation des coûts (18%) et d’image (11%), qui sont peu prioritaires sur le plan stratégique. Tout le contraire sur le plan opérationnel puisque les principaux projets durables pour 2012 sont les suivants : optimisation du transport pour les distributeurs (71%), gestion de l’énergie pour les prestataires (45%) et certification de la démarche (> 27%).

Durable = environnemental

Le questionnaire étudie les 3 dimensions du développement durable (économique, social, environnemental) et le dialogue avec les parties prenantes, mais on constate que la très grande majorité des actions réalisées concerne l’environnement : éco-conception, recyclage, réduction de CO2, gestion de l’eau, efficacité énergétique, tri des déchets. La dimension sociale / sociétale reste timidement mise en œuvre alors que le volet économique reste en filigrane de toutes les actions.

A propos du dialogue avec les parties prenantes, il se focalise sur les partenaires directs, à savoir les concurrents principalement. Dans le domaine de l’immobilier, on voit que les partenaires sont amenés à travailler davantage ensemble : promoteur, architectes et cabinets d’ingénierie, collectivité territoriales, etc.

Mesure de la performance

Là encore, les principaux indicateurs portent sur l’environnement : émissions de CO2, impact environnemental, eau, etc. Mais les entreprises éprouvent des difficultés à mesurer leur performance : manque de référentiel, complexité des indicateurs actuels. Enfin, les indicateurs économiques et sociaux sont faiblement relevés.

Le coût du développement durable

L’étude vient tordre le cou à une idée reçue qu’une démarche durable est chère puisque plus des 3/4 des personnes interrogées estiment que leurs projets « responsables » génèrent de faibles surcoûts voire aucun surcoût.

Conclusion

Cette étude montre que les entreprises s’engagent dans le développement durable mais qu’elles ont des difficultés à le mettre en œuvre sur toutes les dimensions. Elles privilégient les actions environnementales, qui se traduisent par une meilleure performance économique.
Pour les aider à mieux structurer leurs actions, le référentiel Iso 26000 peut être utilisé comme un guide. Nous présentons ci-dessous les grands thèmes (questions centrales) que doivent aborder les entreprises pour exercer leur Responsabilité Sociétale de manière globale et cohérente. Et pour voir les outils de diagnostic gratuits et les grandes lignes de l’iso 26000, cliquer ici.

Voir le détail de l’étude : cliquer ici

source Afnor

2 Responses to “Logistique et développement durable : une réalité ?”

By Billon - 4 avril 2012 -

La bonne question est comment utiliser l’investissement DD en levier de communication ?
Des réponses sont positivement expérimentées par notre agence pour ses clients
All Write : 01 53 59 83 83

By kisscool - 7 septembre 2012 -

J’ai appris que le DPE devait bientôt être réformé (début 2013) : http://www.le-diagnostic-immobilier.com/diagnostic-performance-energetique-dpe/dpe-2013.html

Leave a Comment

*