Le Blog de la logistique durable

Home»Conception»La supply chain verte : tendances décryptées

La supply chain verte : tendances décryptées

aerial photography : alex-maclean-24

Le cabinet BearingPoint, avec le concours de Novamétrie, vient de publier les résultats de son 4 ème observatoire de la supply chain. Cette étude, menée auprès de 600 décideurs européens, présente le nouveau visage de la supply chain verte et décrypte les éléments de tendances.

De nouvelles motivations

En 2008, la conformité aux réglementations environnementales poussait plus de 95% des personnes interrogées à investir le champ écologique. Aujourd’hui, ce sont l’amélioration de l’image (>80%) et les décisions du comité de direction qui motivent le verdissement de la supply chain. Paradoxalement, les décideurs estiment que ces actions n’ont pas vocation première à contribuer à la conquête de nouveaux clients ou à répondre à la pression concurrentielle.

Convergence environnement et économique

Une écrasante majorité des personnes interrogées (70%) pense que les critères environnementaux se traduisent en levier de performance économique. Et près de la moitié des décideurs pense que le retour sur investissement d’une démarche environnementale est inférieur à trois ans. Ils estiment néanmoins que la démarche environnementale doit s’inscrire dans une stratégie à long terme. Et pour « tenir la distance », plus de 50% des entreprises ont mis en place des indicateurs de performance environnementale.
Evidemment, le constat est aussi vrai dans l’autre sens : les économies financières réalisées grâce à une moindre dépense énergétique sont un levier de performance environnementale ! Et bien sûr, cet enjeu est d’autant plus vrai avec l’envolée des prix des carburants et autres matières premières.
Enfin, la vertu écologique est également un moyen de mobiliser les troupes internes sur les réductions de coûts (carburants, gaspillages).

Une supply chain plus ouverte

L’étude révèle enfin que la supply chain s’ouvre davantage aux modèles « collaboratifs ». Les différents acteurs peuvent par exemple dialoguer pour optimiser les flux. Néanmoins, si l’étude ne présente pas de cas concrets de démarche participative, nous avions cité un exemple de logistique collaborative dans l’article : De la logistique urbaine à la logistique collaborative

Pour télécharger l’étude : bearingpoint.fr

Crédit Photo : voir l’excellent travail du photographe américain Alex MacLean

Leave a Comment

*