Le Blog de la logistique durable

Home»Conception»« La collaboration public – privé est la clé de la logistique urbaine »

« La collaboration public – privé est la clé de la logistique urbaine »

Hôtel logistique - SAGL

L’essor de la logistique urbaine se fait attendre. Pour stimuler l’émergence de nouveaux projets, Afilog vient de publier son livre blanc. Caroline Ceccaldi, Directrice d’Afilog, revient sur les points clés de la logistique en ville.

Dans quelles conditions a été réalisé le livre blanc ?

Trois mots résument sa réalisation : maturité, collégialité et transversalité. Maturité parce que la commission « logistique urbaine » a débuté ses travaux en 2008. Plus de trois ans ont été nécessaires pour étudier de manière approfondie le sujet en associant toutes les parties prenantes (acteurs immobiliers, de la distribution, associations professionnelles, fédérations, etc.). Le fruit de ce travail collégial est un consensus de 23 propositions pour améliorer la logistique urbaine. Enfin, nous soutenons une vision systémique et globale de la logistique, c’est pourquoi le livre blanc offre une approche transversale de la logistique en ville : foncier, immobilier, transport, équipements.

Parmi les 23 propositions, quelles sont les plus urgentes à mettre en œuvre ?

La première action à mener est tout simplement l’objet de ce livre blanc, à savoir la sensibilisation des élus ! La logistique doit retrouver un espace dans les villes afin qu’elle soit plus efficiente et durable. Notre travail est donc d’éclairer les élus sur l’ intégration de la logistique très en amont des projets d’urbanisme, afin qu’elle ne soit plus perçue comme une contrainte mais comme une opportunité.
Ensuite, toujours pour des raisons d’efficacité, il est important de nommer un représentant ministériel dédié à la logistique car notre activité souffre principalement d’un manque d’homogénéité dans les décisions et règlementations.
Enfin, la jeunesse de l’approche urbaine et durable impose une professionnalisation du transport : il est donc nécessaire d’encourager l’externalisation du fret par les chargeurs, en favorisant à la fois massification et la mutualisation des flux.

Quel est le principal frein au développement de la logistique urbaine ?

Pour un grand nombre d’acteurs consultés, la rentabilité d’une opération urbaine est difficile à garantir. La rareté des espaces dédiés à la logistique croisée avec le coût du foncier élevé douchent les aspirations des porteurs de projets.

Quelle solution préconisez-vous ?

On parle souvent du coût du dernier kilomètre pour aborder la rentabilité d’un projet. Nous pensons qu’il faut aussi inclure dans cette équation le coût du premier kilomètre ainsi que les autres « fonctionnalités » porteuses de valeurs. C’est l’approche globale qui permet de résoudre la rentabilité d’une opération urbaine. Le projet Chapelle International illustre cette démarche : la mixité des fonctions bureaux, commerces et logistiques au sein du vaste programme de rénovation urbaine, couplée à une multi-modalité génèrent une solution pérenne. La collaboration élus – acteurs économiques est donc la clé de l’essor de la logistique urbaine.

Pour consulter le livre blanc : cliquer ici www.afilog.org

Leave a Comment

*